L'Aiguillon-sur-Mer : site officiel de la ville

Une nouvelle directrice à l'E.H.P.A.D.




Jean-Michel Piedallu, maire de L'Aiguillon-sur-Mer - Martine Caquineau, directrice de l'E.H.P.A.D. - Vincent Hiblot, directeur par intérim - Dolorès Paitraud, conseillère municipale - Marc Banach, adjoint et vice-président du C.C.A.S.
Jean-Michel Piedallu, maire de L'Aiguillon-sur-Mer - Martine Caquineau, directrice de l'E.H.P.A.D. - Vincent Hiblot, directeur par intérim - Dolorès Paitraud, conseillère municipale - Marc Banach, adjoint et vice-président du C.C.A.S.
L'E.H.P.A.D. Paul Bouhier a une nouvelle directrice. Martine Caquineau prend en effet les rênes de cet établissement qui compte actuellement 63 agents et 75 résidents. " Nous avons auditionné une quinzaine de candidatures " explique Marc Banach, vice-président du Centre communal d'action sociale (C.C.A.S), " la candidature de Mme Caquineau s'est imposée en raison de son expérience et de ses qualités managiérales dont nous avons bien besoin ici ".
En effet depuis quelques mois l'établissement souffrait d'un certain dysfonctionnement en raison notamment de l'absence de directeur.  Depuis le 22 juin dernier, Vincent Hiblot assurait heureusement l'intérim. " Grâce à lui nous avons pu rattraper tout ce qui n'était pas fait comme le bilan comptable 2019 et le budget 2020. Nous avons également pu effectuer un diagnostic précis de l'établissement ".

La nouvelle directrice arrive donc dans un climat assaini avec des orientations précises.
" Deux axes de travail sont prioritaires : la gestion humaine et la gestion financière. Heureusement nous travaillons avec des équipes enthousiastes. Cet établissement a un véritable potentiel humain car on sent que les équipes ont envie de travailler ensemble " précise Marc Banach.
Martine Caquineau a donc désormais une lourde tâche à mener mais cela ne lui fait pas peur. A 56 ans après une carrière variée dans l'enseignement et le médico-social, elle a ensuite dirigé des établissements similaires en Bretagne et dans le Maine et Loire. Et elle connait bien le secteur puisque sa famille est originaire du sud Vendée et elle a fait une partie de sa scolarité à Sainte Ursule à Luçon. 
" Nous avons un bel outil avec du potentiel " se réjouit-elle. " Les résidents et les familles sont très heureux et c'est notre priorité, surtout en ces temps de crise sanitaire "
Le système du SAS a d'ailleurs été remis en place et les visites sont donc autorisées les après-midi du lundi au vendredi par tranche d'une demi-heure. " Nous avons un local assez grand qui, avec le port du masque, permet aux familles de voir les résidents sans être derrière une vitre ". Par ailleurs la quasi totalité du personnel a été testé grâce au test antigénique mis en place par l'ARS, l'agence régionale de la santé. Et tout le monde se porte bien. L'avenir s'annonce donc serein à l'E.H.P.A.D. Paul Bouhier. 
 







Suivez-nous
Instagram
Facebook
Twitter
YouTube
Inscription newsletter