L'Aiguillon-sur-Mer : site officiel de la ville

Soutien au centre de secours




Les élus du Syndicat Intercommunal à VOcation Multiples (SIVOM) ont rencontré il y a quelques jours le lieutenant colonel Philippe Tatard, chef du groupement territorial des Sables d'Olonne dont dépend le centre de secours de L'Aiguillon-La Faute.
L'occasion de présenter le fonctionnement du Service Départemental d'Incendie et de Secours (SDIS), ses missions et ses besoins.
Rappelons que le SDIS comprend 322 sapeurs pompiers professionnels et plus de 2700 sapeurs pompiers volontaires répartis sur 75 centres de secours. 
Dans le groupement des Sables d'Olonne on retrouve 24 centres de secours dont 18 centres composés uniquement de sapeurs pompiers volontaires comme celui de L'Aiguillon-La Faute. 

Le lieutenant colonel Tatard, chef du groupement des Sables d'Olonne.
Le lieutenant colonel Tatard, chef du groupement des Sables d'Olonne.

Le centre de secours basé à L'Aiguillon-sur-Mer compte actuellement 17 sapeurs-pompiers volontaires opérationnels. " Nous avons décroché trois nouvelles recrues en un an " se réjouit l'adjudante-cheffe Sarah Girard-Mallet, cheffe du centre. " Nous bénéficions également de 8 renforts saisonniers ". En 2020 nos sapeurs-pompiers ont effectué 370 interventions. 37 interventions n'ont toutefois pas pu être effectuées par les sapeurs-pompiers locaux en raison d'un manque d'effectif.
Compte tenu en effet des disponibilités en journée, le centre est actuellement classé en rouge par le SDIS. " Il faut être trois pour faire partir une ambulance " rappelle le lieutenant-colonel Tatard. " Souvent dans ce type de centre où il n'y a que des volontaires, ils ne sont que deux en journée ".
Une problématique qui incite le SDIS à rencontrer les élus pour leur demander de l'aide et un soutien.

" Notre soutien, soyez-en assurés " ont précisé en coeur Laurent Huger, président du SIVOM et Jean-Michel Piedallu, vice-président.
" Bien évidemment nous sommes attentifs au devenir de notre centre de secours et nous serons facilitateurs du recrutement de nouveaux sapeurs pompiers volontaires ". Les deux élus ont ainsi proposé :
  • de valoriser l'action des sapeurs pompiers sur leurs supports de communication ;
  • d'inviter les sapeurs-pompiers lors de manifestations festives pour qu'ils se montrent et que le public les rencontre ;
  • de faciliter l'envoi d'un nouveau document d'appel au volontariat.
Mais cette aide et ce soutien des collectivités ne doit pas faire oublier non plus l'aide financière importante que versent déjà les Communes au SDIS. " Chaque année la Commune de L'Aiguillon-sur-Mer verse une somme conséquente (environ 42.000€) au SDIS. En plus de cela, nous devons également payer le logement des saisonniers pendant l'été. Le conventionnement des sapeurs-pompiers  (qui leur permet de partir en intervention pendant les heures de travail) a aussi un coût pour les collectivités ", rappelle Jean-Michel Piedallu. " Tout cela est important et pèse lourd dans les finances communales. Au final la part des habitants (qui est en moyenne en Vendée de 67,78% par an et par habitant) est beaucoup plus importante. Elle ne prend en compte que les frais de fonctionnement, pas les besoins réels du SDIS ".
Un coup de colère partagé par Laurent Huger " il ne faut pas oublier toutes ces dépenses qui ne se voient pas, qui n'apparaissent pas dans le fonctionnement et qui sont à la charge des Communes. Elles ne sont pas du tout valorisées "
Un point de vue que les deux élus souhaitent donc faire entendre, bien que les Communes soient peu représentées au sein du conseil d'administration (3 Maires sur 20 membres) sur  du SDIS. " Vous nous demandez de vous aider et nous sommes d'accord pour pérenniser notre centre de secours. Mais il faut aussi nous donner les moyens de vous aider  !".
Soutien au centre de secours







Suivez-nous
Instagram
Facebook
Twitter
YouTube
Inscription newsletter